PRESENTATION

Notre association a pour but de favoriser l’équipement en défibrillateurs, de multiplier les points de défibrillation, la création d’une chaine de survie et de sensibiliser la population aux gestes de premiers secours, dans une démarche citoyenne, afin de sauver des vies.

Depuis 2014, l’association a implanté plus de 400 défibrillateurs cardiaques et mené des actions de sensibilisation à leur utilisation dans la région PACA.

Entreprises, collectivités, particuliers, en cas d’arrêt cardiaque
nous avons tous un rôle à jouer pour sauver des vies !

Malgré une vraie prise de conscience ces dernières années de l’importance des premiers secours et de l’implantation de point de défibrillation ceux-ci restent très faible par rapport à d’autres pays.

 40 000 à 60 000 personnes décèdent chaque année en France d'un arrêt cardiaque extrahospitalier. C’est dix fois plus de victimes que les accidents de la route. En France, le taux de survie des victimes d’un arrêt cardiaque est estimé entre 2 et 3 %. Il atteint 40 % dans certains pays européens où la population est mieux formée aux gestes qui sauvent et ou les lieux publics sont davantage équipés en défibrillateurs automatisés externes (DAE).

Selon une étude de l’IFOP, aujourd’hui 46 % des Français déclarent avoir suivi une formation ou une initiation aux premiers secours. On est en-dessous des Allemands, Hollandais, Italiens et encore plus des pays scandinaves, où plus de 90 % de la population est formée.

61 % des Français n’ont pas le réflexe immédiat de pratiquer un massage cardiaque et d’utiliser un défibrillateur face à une personne inconsciente qui ne respire plus.

Certains se disent j’ai été formé il y a longtemps, mais j’ai peur de casser une côte : pourtant le pire, c'est de ne rien faire !

Notre association encourage l’implantation de point de défibrillation dans les établissements, le développement d’une chaine de survie, l’apprentissage des bons réflexes en passant le PSC1 ou le SST.

On rappelle que le délai moyen d’intervention des secours tourne aux alentours de 15 minutes. Les premières minutes étant vitales, le témoin d’un arrêt cardiaque ou d’un étouffement peut sauver des vies.

Une intervention rapide favorisée par la connaissance des gestes de premiers secours et l’utilisation d’un défibrillateur permettrait de sauver 5 000 à 10 000 vies chaque année.