Formation geste qui sauve

3 gestes pour sauver une vie:

Si vous êtes témoin d’un arrêt cardiaque, entreprenez de toute urgence les 3 gestes qui sauvent : appelez les secours, débutez immédiatement le massage cardiaque et si possible utilisez un défibrillateur. Dans tous les cas, osez !
Le pire est de ne rien faire. Vous n’avez que quelques minutes pour agir…

  • 1
    Appelez les secours

    Pour donner l’alerte, faites le 15 où le régulateur du SAMU va vous poser des questions et vous guider

    -Décrivez ce que vous avez vu et l’état de la victime (elle est inconsciente, elle ne respire pas…).

    -Donnez l’adresse précise du lieu où se trouve la victime.

    -Dites ce qui a été fait ou ce qui est en train d’être fait (victime étendue, le massage cardiaque est commencé…).

    -Si rien n’a été fait, suivez les consignes qui vous sont données.

    -Ne raccrochez pas avant que l’opérateur ne le précise.

    Le 15 est un numéro gratuit ! Vous pouvez le composer à partir de n’importe quel téléphone, même si le forfait est dépassé ou bloqué.

  • 2
    1. Massez le cœur de la victime

    -Allongez la victime sur le dos sur une surface dure.

    -Mettez-vous à genoux contre la victime, sur le côté.

    -Positionnez les mains l’une sur l’autre, un peu en dessous du milieu du thorax, les bras bien tendus.

    -Appuyez de tout votre poids, bien au-dessus : ce ne sont pas les bras ni les mains qui appuient mais tout le corps.

    -Ce sont des pressions fortes : enfoncez les mains de 5 à 6 cm dans la poitrine et relâchez complètement le thorax entre chaque compression.

    -Effectuez les pressions sur un rythme régulier de 100 par minute, par séries de 30 compressions consécutives.

    Pensez-y ! Avec 103 beats par minute, la chanson des Bee Gees « Staying Alive » atteint une fréquence très proche de celle recommandée pour un massage cardiaque d’urgence.

    -Si vous avez été formé, vous pouvez pratiquer une ventilation pulmonaire (bouche-à-bouche) au rythme de 2 insufflations toutes les 30 compressions thoraciques, sinon poursuivez le massage qui est le geste majeur jusqu’à ce que le défibrillateur vous ordonne d’arrêter ou jusqu’à l’arrivée des secours.

    -Même si vous avez l’impression de mal effectuer le geste, continuez : mieux vaut un massage cardiaque imprécis que pas de massage cardiaque du tout.

  • 3
    1. Défibrillez

    -Cette opération se fait à l’aide d’un défibrillateur automatisé externe.

    -Très simple d’utilisation, cet appareil guide vocalement, étape par étape, et garantit une utilisation sans risque.

    -Les défibrillateurs sont disponibles dans un nombre croissant de lieux publics : centres sportifs, galeries commerciales, mairies, places du marché, pharmacies… mais également dans les entreprises, voir des grands ensambles.

    -Si vous disposez d’un défibrillateur automatisé externe, utilisez le immédiatement.

    -S’il n’y en a pas à proximité, débutez le massage cardiaque sans vous arrêter jusqu’à l’arrivée du défibrillateur et/ou des secours.

    Pour ne pas être pris au dépourvu, formez-vous ! Si vous n’êtes pas formé, agissez quand même en suivant au mieux ces quelques consignes ! Le pire est de ne rien faire.

    5 à 10 minutes pour agir : pourquoi ?

    Lors d’une fibrillation ventriculaire, le cerveau souffre très rapidement : il n’est pas alimenté en oxygène car le sang ne circule plus. Au-delà de 5 minutes d’arrêt du cœur, si on ne fait rien, les lésions cérébrales commencent à être irréversibles, puis la situation s’aggrave ensuite jusqu’au décès.

    Le massage cardiaque permet de relancer la circulation sanguine et donc l’oxygénation des cellules cérébrales.